Présentation

C’est la plus importante collection d’art des XXe et XXIe siècles en Europe. Plus de 120 000 œuvres couvrant des disciplines comme les arts plastiques, le dessin, la photographie, l’architecture, le design, etc. Des œuvres qui seront conservées, étudiées, restaurées et vues à Massy dans 6 ans ! Le futur pôle francilien de conservation et de création du Centre Pompidou ouvrira ses portes au public en 2025 dans le quartier de Massy-Opéra. Une chance exceptionnelle pour notre ville et tout un territoire.

Un lieu de conservation et de présentation des œuvres

C’est l’une des plus grandes collections d’art moderne et d’art contemporain au monde avec des œuvres majeures de Matisse, Picasso, Braque, Léger, Duchamp, Kandinsky, Bacon, Klein ou Warhol… dont beaucoup se trouvent hélas dans les réserves du musée, par manque de place. De quoi pousser le Centre Pompidou à imaginer un lieu combinant un pôle de conservation et de présentation des collections, un projet artistique et culturel original ainsi qu’un pôle de recherche et de restauration des œuvres.
Séduite par ce projet, Massy a présenté sa candidature avec le soutien de la Communauté d’agglomération Paris-Saclay, du Département, de la Région et de l’Université Paris-Saclay. Et c’est au terme d’une procédure associant les services du ministère de la Culture et les équipes du Centre Pompidou que la candidature de notre ville – l’une des 9 communes en lice – a été retenue pour accueillir La Fabrique de l’Art. « Ce projet nous permettra de disposer d’un lieu unique accueillant l’ensemble de nos réserves et ayant vocation à accueillir des publics de tous horizons, pour découvrir les richesses de nos collections », détaille-t-on du côté du Centre Pompidou.

Une chance formidable pour notre ville et ses habitants, et l’occasion pour la Présidente de la Région, Valérie Pécresse, de souligner la dynamique de Massy : « Le maire de Massy, Nicolas Samsoen, est en train de complètement transformer sa ville dans la lignée de son prédécesseur Vincent Delahaye. C’est aussi pour cela que la Région a soutenu la candidature de Massy ».

Un lieu unique pour un site unique

Le lieu d’accueil du Centre Pompidou francilien est le site du stade de football Paul Nicolas. Pour Nicolas Samsoen « ce sera donc aussi l’occasion d’une profonde restructuration de notre plaine des sports, de l’autre côté de la départementale 188. C’est un avantage indirect très positif pour Massy et les Massicois ».
L’accès au site (doté de son propre parking) pour les visiteurs et les employés (véhicules légers) ainsi que pour les transports d’œuvres (poids lourds) se fera uniquement par la RD 188 sans accès routier depuis le cœur de Massy-Opéra.

À quoi ressemblera ce lieu ? Le Président du Centre Pompidou souligne « son très fort attachement à la qualité artistique architecturale du bâtiment auquel son nom sera associé ». Son site parisien signé Renzo Piano et Richard Rogers – aujourd’hui l’un des bâtiments les plus célèbres de France – et son site messin, signé Shigeru Ban et Jean de Gastines, en sont la preuve ! Le Comité de Projet composé pour moitié de représentants du Centre Pompidou et de l’Etat, et pour moitié des représentants des collectivités sera associé au choix du projet architectural.

Les ambitions du projet

1 - Un lieu d’exposition

Décembre 1979, l’exposition Salvador Dali Rétrospective 1920-1980 au Centre Pompidou marque les esprits ! Des tableaux, des dessins, des sculptures, des gravures et un environnement spécial avec une voiture pendue au plafond, non loin d’une cuillère géante, Novembre 2014, l’exposition Jeff Koons Rétrospective met à l’honneur l’un des artistes les plus célèbres et les plus controversés de son temps, auteur du célèbre Balloon Dog. Deux expositions qui ont marqué l’histoire de l’art ! Et en 2025 ? Vous pourrez découvrir les richesses des collections du Centre Pompidou grâce à des expositions organisées, toute l’année, à La Fabrique de l’Art ! À Massy ! Nul doute qu’elles marqueront, elles aussi, les esprits !
Des propositions originales seront spécialement conçues pour ce nouveau lieu. Ainsi une carte blanche sera proposée chaque année à une personnalité qui concevra une exposition à son image, en puisant dans les réserves du Centre Pompidou.

2 - Un lieu de formation

Le rassemblement en un lieu unique des collections du Centre Pompidou permettra de découvrir les métiers du musée (acquisition, restauration, encadrement, emballage, etc.) et de voir des projets en cours (commissions d’acquisitions, conception d’expositions). « Nous souhaitons pouvoir valoriser les métiers du musée, souvent peu connus, d’autant que le Centre Pompidou a la chance d’avoir en son sein tous les métiers du musée à savoir conservateurs, restaurateurs, scénographes, régisseurs, emballeurs… », nous explique le Président du Centre Pompidou Serge Lasvignes. Un cas unique en France ! Ce site servira aussi de lieu de formation et d’apprentissage (scolaires, lycées professionnels, écoles supérieures, etc.) : l’objectif est de faire émerger une véritable filière professionnelle de la conservation et de la restauration d’œuvres d’art.

3 - Un lieu de vie ouvert à tous

Des ateliers pour enfants, en famille, autour de l’art moderne, de l’art contemporain et de l’actualité du Centre Pompidou.

Le Musée national d’art moderne assume depuis 1977 une double mission : mettre en valeur son patrimoine et promouvoir l’accès de tous à la création d’aujourd’hui. Comment ? En présentant l’art moderne et l’art contemporain de manière moins institutionnelle que dans un musée classique. Le Centre Pompidou francilien organisera pour cela des visites des expositions et des ateliers ainsi que des week-ends événementiels à destination des habitants du territoire, des scolaires mais aussi des publics scientifiques et professionnels. Il étudiera la possibilité de reprendre à Massy des dispositifs déployés à Paris comme l’Atelier des enfants* ou le studio 13-16** avec l’ambition de placer les publics au cœur de l’expérience ! Les espaces dévolus au public auront d’ailleurs vocation à être des lieux de vie (coworking, accueil de répétitions pour les pratiques artistiques amateurs, etc.) où vous pourrez admirer des chefs-d’oeuvre d’aujourd’hui !
Le Centre Pompidou, c’est aussi une programmation de spectacles vivants, conférences, cinéma… et il en sera de même à Massy (performances, workshop,etc).

*Des ateliers pour enfants, en famille, autour de l’art moderne, de l’art contemporain et de l’actualité du Centre Pompidou.

**Le Studio 13/16 est l’espace dédié aux adolescents de 13 à 16 ans à l’intérieur du Centre Pompidou. La programmation est centrée sur l’expérience à travers divers ateliers de musique, vidéo, arts graphiques et numériques entre autres.

Le Conseil Départemental de l’Essonne fait du domaine de Chamarande un équipement culturel phare, chargé de renouer avec la création artistique contemporaine. Ici, l’œuvre de Richard Orlinski

4 - Un lieu qui rayonne

Ce lieu a vocation à « irriguer le territoire en partant de Massy», comme le souligne le Président du Conseil Départemental François Durovray. Il est en effet amené à s’insérer dans un pôle culturel régional composé, entre autres, de l’Opéra de Massy, de la salle de musiques actuelles Paul B, du CinéMassy, des conservatoires et lieux d’exposition de l’agglomération comme le Domaine de Chamarande. La Fabrique de l’Art sera également un lieu majeur de la photographie. L’objectif est d’en faire un point de rencontre pour les collections photographiques rassemblées en Île-de-France au Musée français de la photographie de Bièvres ou bien encore à la Maison Doisneau à Gentilly.

5 - Un lieu où se croiseront arts et sciences

Le Centre Pompidou affirme sa volonté de croiser les arts et les sciences. Une évidence, comme l’a montré le maître de la Renaissance italienne Léonard de Vinci à la fois peintre, sculpteur, dessinateur, ingénieur… et comme le souligne très justement le cosmologiste Jean-Philippe Uzan. Pour ce dernier, « l’art et la science ont en commun de questionner le monde en rendant visible l’invisible ». Unir ces deux disciplines nous permet de repousser les frontières de notre connaissance : l’artiste s’empare des découvertes scientifiques qu’il permet de mieux comprendre, la science, elle, offre d’extraordinaires outils aux artistes pour traduire leur vision du monde.

Le Centre Pompidou souhaite créer un pôle de recherche croisant les arts et les sciences, comme le souligne Serge Lasvignes : « Nous souhaitons travailler en partenariat avec l’Université Paris-Saclay dans le cadre de travaux de recherches sur la conservation préventive, notamment ».

3 Questions à Hervé Dole

Hervé Dole, Vice-Président de l’Université Paris-Sud en médiation scientifique, art, culture, société évoque pour nous les liens entre Art et Science.

Hervé Dole, pourquoi marier Art et Science ?

Il y a un intérêt collectif à marier Art et Science. Nous sommes face à un mouvement de fond qui permet de toucher des publics variés par le biais de leur(s) centre(s) d’intérêt. L’Art nous permet de leur proposer de la science là où ils ne l’attendent pas et la Science de les ouvrir à l’Art. C’est une voie qu’il faut poursuivre pour toucher un nouveau public.

Que peut apporter un artiste à un scientifique ?

Marier l’Art et la Science c’est aussi faire se rencontrer deux univers qui ont beaucoup à offrir. Le scientifique va pouvoir faire découvrir à l’artiste un domaine où il y a de la créativité – ce que le grand public ne soupçonne pas – et l’artiste faire découvrir au scientifique un autre regard sur le monde, plus poétique. Prenez une exoplanète. Le scientifique va pouvoir expliquer à l’artiste que les couchers de soleil y sont bleus parce que l’atmosphère y est plus ténue que sur Terre. L’artiste, lui, va questionner le scientifique et l’amener à aller plus loin dans sa réflexion. Tout cela est très fertile ! Il y a par ailleurs une fascination et une admiration réciproques entre scientifiques et artistes, ainsi qu’une approche commune : créativité et liberté totale de penser.

Qu’attendre du partenariat entre le Centre Pompidou et l’Université Paris-Saclay ?

Les liens entre le Centre Pompidou et l’université Paris-Saclay – deux établissements de référence – se construisent. Chaque réunion est l’occasion de faire émerger de nouveaux projets. Il y a tellement à faire ! Un exemple ? Le Centre Pompidou monte des expositions qui nécessitent une expertise technique et scientifique… que nous avons. L’Université Paris-Saclay, elle, souhaite mettre en place des outils de médiation avec les publics… que le Centre Pompidou a développés.
Le message que j’ai envie de faire passer est qu’il y a dans cette histoire un trio gagnant, à savoir le Centre Pompidou, l’Université Paris-Saclay et le Territoire avec en premier lieu Massy. Ouvrir ce territoire à la science, à l’art, à la créativité, c’est semer des graines pour créer la France de demain, c’est-à-dire une France citoyenne, humaniste, ouverte sur les idées et le monde. Nous espérons donc grâce à ce trio gagnant faire des merveilles !

Financements

Le coût de construction du projet est évalué à environ 72 M€ comprenant :

• Le terrain (y compris le déplacement des équipements sportifs) : 12 M€
• La construction du bâtiment lui-même : 60 M€

Ces montants sont financés ainsi :

• Région Île-de-France : 20 M€
• Centre Pompidou : 18 M€ (payés indirectement à travers un mécanisme de partenariat public-privé)
• Département de l’Essonne : 9 M€
• Communauté Paris-Saclay : 9 M€
• Ville de Massy : 9 M€
• Etat (hors Centre Pompidou) : 7 M€

La part de financement des collectivités est importante et sans le soutien de toutes, jamais ce projet n’aurait pu s’implanter à Massy. En échange de ce soutien, le Centre Pompidou financera sur ses fonds propres l’entretien du bâtiment et surtout l’ensemble du projet culturel. Dans la convention, le Centre Pompidou est juridiquement engagé à consacrer au projet culturel 1 M€ par an au minimum. Autre avantage, la responsabilité du projet repose intégralement sur le Centre Pompidou : en cas de dérapage financier, aucun risque que Massy soit sollicitée.

En attendant 2025...

Pour Michel Bournat, « un territoire a besoin de phares qui permettent de l’identifier et de le faire rayonner. Nous avons le Plateau Saclay, le Centre National du Rugby à Marcoussis et nous aurons, demain, un phare culturel implanté à Massy ! » Et en attendant, Serge Lasvignes ? « Nous établissons, en lien avec l’ensemble des collectivités territoriales impliquées, des actions de préfiguration qui auront lieu pendant cinq ans dès 2019. Une équipe projet du Centre Pompidou est spécifiquement dédiée à cela. »

C’est donc dans le cadre du dispositif 1 jour 1 œuvre que le Directeur du Centre Pompidou, Bernard Blistène, présentera le 7 décembre prochain au Centre Omnisports Pierre de Coubertin une œuvre majeure de ses collections. Une préfiguration de ce que vous pourrez admirer dans ce nouveau lieu qui « sera le plus important établissement culturel créé en Île-de-France dans les 10 prochaines années ». Rendez-vous en 2025 !

Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou

Nous établissons, en lien avec l’ensemble des collectivités territoriales impliquées, des actions de préfiguration qui auront lieu pendant cinq ans dès 2019. Une équipe projet du Centre Pompidou est spécifiquement dédiée à cela.

À lire aussi