Le point sur les résultats sportifs du week-end

🏉 RUGBY : Le RCME s’impose contre Dijon (34-7)

    Le RCC rugby fĂ©minin s’incline face Ă  Montpellier (3-57)

🏀 BASKETBALL : Victoire des Séniors Féminines 2 face a Gif (51-25)

🤾 HANDBALL : Le MEHB s’impose face Ă  Cesson-Renes (29-25).

 

Grand CROSS de Massy : jusqu’au bout de la boue !

Une grosse partie de ce que l’Essonne compte de coureurs se sont donnés rendez-vous sur les sentiers piégeux du parc Georges-Brassens, dimanche, à l’occasion de cette nouvelle édition du « Grand Cross de Massy ».

Une semaine complète de pluie quasi-continue a rendu le terrain gras et lourd, chacun peut s’en apercevoir en arrivant à l’entrée du petit village de tentes, kiosques et chapiteaux installés pour le confort des compétiteurs par l’organisation du MAS. Après seulement quelques foulées d’échauffement, les pieds des fondeurs s’alourdissent déjà d’une boue qui colle aux semelles, au moins aussi lourde que les chaussures elles-mêmes !

Il va pourtant falloir se lancer pour franchir les 8 kilomètres des trois grandes boucles de marche nordique : des dizaines de candidats flanqués de leurs bâtons trépignent en attendant le départ. Premier coup de sifflet : tout le monde est prêt ? Partez ! Le speaker donne de la voix et commente les premiers hectomètres, avant que ce beau monde disparaisse au loin derrière les premiers bouquets d’arbres autour du lac. A l’arrivée nous croisons Heidi, encore un peu essoufflée : « C’est ma première participation, je me suis inscrite en compagnie de deux collègues. J’ai apprécié l’ouverture à la marche du Cross de Massy, beaucoup de fondeurs se sont inscrits dans cette catégorie. Le parcours est bien balisé mais la boue… quel enfer ! ».

Puis vient la catégorie reine, c’est le tour des Séniors : à 10 heures les hommes, suivis à 10 heures 45 par les femmes. Concentration maximum, dernier échauffement, encore quelques petits sautillements sur place… Les athlètes répètent les premières foulées du départ avec des accélérations, certains en solo, d’autres en binômes ou en groupe. Nouveau coup de sifflet du juge-arbitre et la troupe s’élance. Beaucoup de clubs ont répondu à l’invitation de Stéphane Da Silva (président du MAS Athlétisme) et de son équipe. Il nous confie : « Je suis très content de voir que tout se passe bien. C’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail. Le cross de Massy est une référence dans la région, et même au-delà. Longjumeau, Palaiseau, Lisses… les gros clubs sont là. C’est le plus grand cross de l’Essonne, grâce au fait que toutes les catégories et les tranches d’âge sont représentées ici aujourd’hui ».

Avec huit kilomètres de froid et de boue dans les jambes, les premiers sont en vue de la ligne finale. Mais en dernier obstacle, caché derrière un virage : surprise ! Un énorme fossé avec une pente en fort dénivelé, boueuse et glissante à souhait, difficile à franchir. Certains y tomberont durant la course. Mais pas Clément Doreau, de l’Elan 91, qui passe l’arrivée en 28:11, suivi de quelques secondes seulement par Maxime Rivron (Orsay Gif Athlé). Le MAS n’est pas en reste avec la huitième place obtenue par le premier des Massicois, Benjamin Mehu (dont c’est la première participation au cross). Et chez les féminines Séniors de l’Essonne Athletic, égalité parfaite avec les hommes : une place de huitième aussi pour Aude Faugeron.

Puis vient le temps des podiums et des rĂ©compenses, remises par Nicolas Samsoen, Maire de Massy, David Ross, Maire d’Orsay, et le prĂ©sident du MAS AthlĂ©tisme StĂ©phane Da Silva ; selfies, vidĂ©os, photos… les appareils crĂ©pitent au moment oĂą les jeunes champions brandissent leur trophĂ©e sur le podium devant les amis et la famille qui hurlent et applaudissent Ă  tout rompre. Quel moment ! Chacun est tout Ă  sa joie d’avoir dĂ©passĂ© ses limites sur ce mythique parcours, et de pouvoir partager son bonheur : le froid et la boue sont oubliĂ©s !

 

DĂ©couverte : Enflammez-vous pour le judo

Il existe un club à Massy où vous pouvez pratiquer le judo-découverte (baby-judo), le judo-loisir ou encore la compétition : Le Flam 91 ! Quel que soit votre âge ou votre motivation, vous pourrez y trouver votre compte. Et ce qui rend l’activité encore plus agréable (et motivante), c’est qu’on peut y croiser une bonne volée de champions et championnes. Les entraînements sont assurés par David Wibaux, 43 ans, ancien entraîneur et athlète de haut niveau et Raphaël Blandin, en charge de la filière scolaire et de la préparation physique Cadets et Juniors.

Flam 91 est l’abréviation de « Force Longjumeau-Massy 91 », réunion qui date de 1978. L’orientation prise au club s’harmonise avec la politique suivie par la ville dans un premier volet : proposer le sport comme véhicule d’initiation et d’éducation, dans le respect du code moral du judo, qui met en avant le dépassement de soi et le respect de l’adversaire. Second volet, le judo au rythme des entraînements plusieurs fois par semaine, avec en ligne d’horizon le très attendu passage de ceinture. Et enfin, pour les plus mordus, plus loin sur le chemin, l’accès au Pôle France, où sont passés quelques noms qui ont fait l’actualité et suscitent l’admiration : Marie-Eve Gahié, 21 ans, championne du monde 2019 ( ! ) ; Kilian le Blouch, 30 ans, membre de l’Equipe de France et en course pour les Jeux Olympiques ; Walid Khyard, champion d’Europe 2016, lui aussi très bien parti pour une sélection aux prochains J.O.

Pour David, l’accès au haut-niveau dégagé par le Flam ne se conçoit pas sans les Académies. « C’est une étape très importante dans le maillage qui mène au Graal de la grande compétition », souligne le coach. Afin d’officialiser ce passage de l’initiation à la lumière des entraînements réguliers, le 12 décembre 2018 s’est déroulée une cérémonie de remise de kimonos à 60 enfants de la Poterne et du COS.

Ă€ lire aussi